Cravates de notaires

Les Cravates de notaires.
Masturbation du pénis entre les seins d’une femme (ou d’une transsexuelle).
Le sexe placé en érection est ensuite animé par l’homme d’un mouvement de va-et-vient. La partenaire l’aide en rapprochant ses seins afin de serrer le pénis. La cravate proprement dite est constituée par l’éjaculation, le sperme prenant la place de la cravate… par contre pourquoi « de notaire » ? Je n’en sais rien !
La branlette espagnole n’en est pas l’exact synonyme puisque dans cette dernière, l’éjaculation n’est pas forcément le but. Aux Etats-Unis on nomme la pratique « Pearl necklace » (collier de perles) et si vous voulez briller en société, employez le mot savant « Cinépimastie » ou l’un de ses synonymes.
Nous avons reçu d’un lecteur une autre explication remettant partiellement en cause notre définition : Pour la cravate de notaire, le pénis est présenté entre les seins, mais dans l’autre sens (pointant vers le ventre de la partenaire), ce qui place donc les testicules à l’endroit habituel du nœud de cravate. La pratique fait donc référence aux anciens nœuds de cravate des notaires qui étaient relativement volumineux (les nœuds, pas les notaires !). Avec cette pratique, la partenaire bénéficie d’un point de vue « imprenable » !

5 réflexions au sujet de « Cravates de notaires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *