Bisex et domination

Bisexualité masculine et domination.
Quand les maîtresses « obligent » les soumis à sucer des bites, voire plus si affinités…

23 réflexions au sujet de « Bisex et domination »

  1. En fait beaucoup de mecs ont honte de leur bisexualité latente qu’ils ne savent pas comment exprimer, la domination en groupe leur permet de le faire avec la justification qui va avec « elle m’a obligé à le faire »

  2. C’est dans es circonstance analogues qu’on m’a fait sucer ma première bite. J’avoue y avoir pris goût ! Je m’assume maintenant complètement comme suceur de bites !

  3. Nous obliger à faire ce qu’on ose pas faire mais qu’on a envie de faire… la nature humaine est un peu compliqué, mais je ne suis pas différent des autres.

  4. La bisexualité incorporée dans un jeu de domination est en fait un jeu de poker menteur où tout le monde joue un rôle, la domina sait très bien que le soumis en a envie (sinon elle ne le « forcerair » pas, le soumis en a envie mais fait semblant de le faire sous la contrainte. Maintenant pourquoi certains n’acceptent les rapports bisexuel que dans ce cadre ? Mystère et cachet d’aspirine !

  5. Bisexualité masculine et domination.
    Quand les maîtresses « obligent » les soumis à sucer des bites…
    Je ne l’ai jamais fait, mais j’aimerais trouver un maîtresse qui me l’impose.

  6. Mes fantasmes bisexuels se sont réveillés quand j’ai découvert les revues gays de la Color Climax, c’était des jeunes hommes assez fin, mignons, charmant qui se suçaient et s’enculaient avec des petits scénarios sympas. Puis Color Climax a stoppé ses revues gays, les seules revues gays que l’on trouvait contenaient des supermusclés californiens, ce n’était pas mon truc. J’ai ensuite découvert par hasard la domination, je ne suis pas un gros maso, mais j’adore qu’on me donne la fessée, qu’on me pince les seins, qu’on me pisse dessus et bien sur le gode, quand maîtresse Marie me faisait sucer le gode je ‘m’imaginais sucer une bite et quand elle me le foutait dans le cul, pareil. Je suçais mal mais Maîtresse m’apprenait à bien le faire et me punissais quand je fautais.
    Un jour j’ai eu droit à la réflexion sans doute traditionnelle :
    – Un jour je te ferais sucer une vraie bite
    Silence
    – Tu ne réponds pas, ça veut dire que tu es d’accord, j’ai un client qui aime ça, qui vient mardi à 18 heures, ça te dis ?
    – Je veux bien essayer.
    – C’est ça tu vas essayer, mais ne me fais pas faux bon, le client vient spécialement pour ça, je ne veux pas le décevoir.
    – On va peut-être attendre un peu…
    -C’est un ordre, un ordre de ta maîtresse qui te plais tellement. Alors tu vas venir à ce rendez-vous, si tu bloques je ne t’en voudrais pas, mais si tu ne viens pas, on se reverra plus.

    Le mardi, j’étais à l’heure, il y avait non pas un mais deux esclaves attachés, Maîtresse Marie m’a d’abord fait quelques petites misères avec le martinet et les pinces puis avec le collier de chien m’a conduit devant le premier esclave, quand elle m’a demandé de le sucer, je l’ai fait sans problème. Quel souvenir que cette première queue dans la bouche si douce si chaude, si bonne, puis le deuxième esclave est venu et nous avons sucé à deux. Le type a fini par joui, Maîtresse Marie n’a pas exigé de moi d’avaler son sperme qui s’était répandu sur nos visage, je ne l’ai donc pas fait, l’autre esclave si. Ensuite c’est l’esclave n°2 qui m’a sucé, il suçait bien mais pour moi c’était moins intéressant. Ce con ma fait jouir.
    Je me suis rhabillé, je ne sais pas ce que la maîtresse fit après avec l’esclave n°2 qui n’avait pas encore joui.
    – Alors ça t’a plus ? me demanda Maîtresse en me raccompagnant.
    – Oui, mais j’aurais aimé me faire enculer
    – D’accord, alors Mardi même heure
    -Euh mon budget…
    – On ne vit qu’une fois, tu en as tellement envie.
    Et le mardi suivant après avoir sucé un soumis, Maîtresse Marie, m’installa sur un cheval d’arçon, me ligota, me prépara un peu le cul avec le gode, puis pour la première fois de ma vie, je pris une bite dans le cul.
    Ce fut la première d’une longue série
    Maîtresse Marie s’est aujourd’hui retirée des affaires, Merci à elle de m’avoir initié à ces plaisirs divins.

      • J’avais envie de réecrire ce texte en plus court et plus condensé. Voilà le résultat : Maîtresse me faisait sucer un gode.
        – Un jour je te ferais sucer une vraie bite.
        Silence
        – Tu ne réponds pas, ça veut dire que tu es d’accord.
        – Si vous l’exiger, je peux essayer.
        – C’est ça tu vas essayer.
        -C’est un ordre.

        Maîtresse avec mon collier de chien m’a conduit devant un esclave, elle m’a demandé de le sucer.
        – Alors ça t’a plu ? me demanda Maîtresse.
        –Tu ne réponds pas donc maintenant je vais te faire enculer, après avoir sucé ce soumis. Maîtresse, m’installa sur un cheval d’arçon, me ligota, me prépara le cul avec le gode, puis pour la première fois de ma vie, j’ai pris une vraie bite dans le cul.

  7. C’est en me rendant chez une domina que j’ai sucé ma première bite, je ne l’ai pas regretté et maintenant je suis devenu un véritable suceur de bite, c’est d’ailleurs comme ça que ma domina m’accueille : « Tiens, voilà mon petit suceur de bites ! ». Et bien sûr je me suis fais aussi enculer et j’ai appris à adorer ça. En fait je suis une salope, mais j’assume !

  8. j’adore le contact du gland avec ma ma langue et la douceur du prépuce avec mes lèvres. J’emprisonne fermement le gland dans ma bouche pour ne perdre aucune goutte de sperme et sentir les giclées au fond de ma gorge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *